Menu
Suzanne Zaccour

Le masculin ne l’emporte plus! Formation sur la langue inclusive

Contrairement aux croyances populaires, la question du genre de la langue n’est pas un enjeu récent. Aux 17e et 18e siècles, des philosophes et grammairiens français s’attaquent à la langue féminine. Ils éliminent les noms féminins de professions savantes, comme « autrice », « philosophesse » et « poétesse ». Ils décident également que le masculin l’emportera sur le féminin au niveau grammatical. En réponse à cet héritage masculiniste, des féministes ont entrepris de se réapproprier la langue en développant diverses stratégies de féminisation. Dans cette communication, nous révélerons les origines de la masculinisation de la langue et aborderons les bénéfices de la féminisation. Nous présenterons les principales stratégies de féminisation et permettrons aux participant.es de s’y exercer afin d’améliorer leur français non sexiste! Nous aborderons brièvement l’enjeu de la langue non sexiste dans certaines autres langues.

Ask the speaker a question

9 Comments

  • José Henrique Dias dos Santos says:

    Salut! Merci pour l’information. Ce théme est très interessant.

  • Jenn says:

    Merci pour cette excellente présentation!

  • Alesia says:

    Ce que je trouve le plus convaincant dans cette argument c’est que c’était une décision qui a été pris il y a des centaines de rendre la langue plus sexiste et pas quelque chose qui arrivait tout par chance.

  • Paulette says:

    Une présentation vraiment interessante et importante! C’est une réference très pratique des stratégies actuelles, et j’ai appris beaucoup. De plus, c’est fantastique que tu as parlé aussi des personnes non-binaires, qui sont souvent oubliées. Merci!

  • SFLangLover says:

    J’ai adoré ! Je suis prof de français et j’avoue que mon “corps étudiant” va adorer cette idée d’égalité linguistique aussi. Merci beaucoup, Suzanne 🙂

  • Bordoraux says:

    Changer « auteur/trices africain-e-s » par « la littérature africaine » ne me va pas au complet, puisqu’il se peut qu’on veut mettre l’accent sur les personnes et non pas sur le métier ou la science, soit la littérature. C’est pourquoi j’avais plutôt choisi « les personnes ayant publié des articles » ou « les auteurices ».

  • Itziar says:

    Muy buena charla, pero me cuesta seguirla porque mi francés no es muy bueno. Me ayudan mucho los subtítulos, pero a partir del minuto 10:38 desaparecen y solo se pueden ver los generados automáticamente que son un desastre.

  • Jhony Andrade says:

    Bravo Suzanne! Merci pour cette présentation extraordinaire 🙂

  • mmlemonade says:

    J’ai beaucoup appris, merci!

Leave a Reply

Your email address will not be published.